COSTUME DE SOCIÉTÉ

Le costume de société, c’est l’histoire de l’artiste qui s’expose et qui se met au travail au sein d’un lieu dédié à l’art. C’est l’artiste qui donne du temps de pensée au spectateur. Un temps pour réfléchir sur le monde et échanger. Le costume de société est composé de trois plateaux de jeu.
Chaque plateau de jeu questionne la société à un certain niveau. Le premier est inspiré de l’oeuvre « Plan de table » et questionne le fonctionnalisme. C’est l’idée d’une reine au sein d’un échiquier qui cesse de protéger le roi au profit d’une autre catégorie de pion. Chaque pion représente un statut social particulier. Vous l’aurez compris, plus qu’une partie d’échecs, il est question pour chaque joueur de choisir un système qui lui convient puis de le mettre en jeu. Plus qu’un jeu d’échecs classique, on parle de géopolitique, du monde dans sa globalité.
Le second plateau s’inspire du picross. Pareil au sudoku, on compose. Des carrés blanc, des carrés noirs, des chiffres. Au delà de ça, il est question de droit et de liberté. Quelle place donnons nous à notre liberté au sein de la société? où est ce qu’elle s’arrête?
Le troisième et dernier plateau propose un système de société alternatif. Il s’agit de la planification civilisationnelle. Et si un jour l’individu n’arrivait plus à user de sa liberté? Pour cela, l’artiste suggère un système qui aurait comme objectif de supprimer toute perspective d’avenir. Vous l’aurez compris, plus qu’un échange, il est question pour l’artiste de poser les prémices de la culture à venir. Celle où l’artiste retourne au coeur de la société.


The company costume is the story of the artist who exposes himself and sets to work in a place dedicated to art. It is the artist who gives the viewer time to think. A time to reflect on the world and exchange ideas. The company costume is composed of three game boards.Each game board questions society at a certain level. The first is inspired by the work "Plan de table" and questions functionalism. It is the idea of a queen within a board that stops protecting the king in favour of another category of pawn. Each counter represents a particular social status. You will have understood it, more than a game of chess, it is a question for each player to choose a system that suits him then to put it into play. More than a classic chess game, we are talking about geopolitics, about the world as a whole. The second tray is inspired by the picross. Same as sudoku, we dial. White squares, black squares, numbers. Beyond that, it is a question of law and freedom. What place do we give to our freedom in society? Where does it stop? The third and last set proposes an alternative society system. This is civilizational planning. What if one day the individual no longer manages to use his freedom? To this end, the artist suggests a system that would aim to eliminate any prospect of the future. As you will have understood, more than an exchange, it is a question for the artist to lay the foundations for the future culture. The one where the artist returns to the heart of society.