logo.png

LE JOUR OÙ NOTRE  TÊTE EST TOMBÉE SUR LE MONDE

SCULPTURE SONORE

Protocole: Sculpture sonore participative. Le  spectateur doit  insérer les mains dans les espaces prévus pour et s’assoir en dessous de la  structure pour écouter du  son diffusé localement. 

La sculpture est une métaphore de notre condition d’existence. C’est un poème qui témoigne de sa fragilité et de son paradoxe. Le rouge, le noir, la pulsion de vie, la pulsion de mort, l’apparente radicalité et binarité des choses. En haut, les dominos sont au bord du ciel ou du précipice, tout est une question de point de vue. 

 

L’oeuvre est multidimensionnelle. Elle crée un pont entre la réalité dans laquelle l’artiste est enraciné et le virtuel dans lequel évolue son avatar. L’accès à l’avatar se fait par le biais des QR codes. En quoi l’avatar est-il moins réel que l’artiste? Comment prouver son inexistence? 

 

Enfin, l’oeuvre est participative parce que la culture passe aussi par l’expérience du corps. Le spectateur touche l’invisible, il doit rentrer dans l’oeuvre en s’asseyant en dessous et afin d’écouter ce que l’artiste a à dire. 

 

Du son est diffusé localement. L’artiste se confie sur ses doutes et ses peurs, sur la perte et le souvenir. Finalement cette sculpture est une quête de sens permanente, comme dans la vie. 

The sculpture is a metaphor of our condition of existence. It is a poem that testifies to its fragility and its paradox. The red, the black, the drive of life, the drive of death, the apparent radicality and binarity of things. Upstairs, the dominoes are at the edge of the sky or the precipice, everything is a question of point of view. 

 

The work is multidimensional. It creates a bridge between the reality in which the artist is rooted and the virtual in which his avatar evolves. The access to the avatar is done through QR codes. How is the avatar less real than the artist? How to prove its non-existence? 

 

Finally, the work is participative because culture also passes through the experience of the body. The spectator touches the invisible, he must enter the work by sitting underneath and listening to what the artist has to say. 

 

Sound is broadcast locally. The artist confides on his doubts and fears, on loss and memory. In the end, this sculpture is a permanent quest for meaning, as in life. 

 

Le jour où notre tête est tombée sur le Monde